La Dame à la Barque et l’Ommegang

En 1346, fut transportée en grande pompe dans l’église encore en construction de Notre-Dame au Sablon, une statuette de la Vierge vénérée depuis longtemps dans la cathédrale d’Anvers sous le vocable d’« Onze Lieve-Vrouw op ‘t Stoksken ». Une légende, plusieurs versions existent, raconte qu’au IXe siècle déjà, il y avait à l’endroit de la cathédrale d’Anvers, une chapelle dédiée à la Vierge, laquelle fut détruite par les Vikings.

À la suite de cette destruction, la statue de la Vierge fut retrouvée dans un arbre, d’où l’origine du nom « Onze Lieve-Vrouw op ‘t Stoksken » et la base d’une croissance explosive d’un culte lui rendu. La statuette retrouva sa place dans la cathédrale d’Anvers. Une vieille femme très pieuse et fort dévote qui la vénérait très fort, « Béatrice SOETKENS », eut une apparition. La Vierge lui ordonnait de porter la statuette à Bruxelles au lieu dit « le Sablon », afin de remercier les arbalétriers de la Grande Gilde, bâtisseurs d’une chapelle élevée en son honneur.

D’Anvers, Béatrice SOETKENS descendit en barque l’Escaut, puis le Rupel pour arriver à Bruxelles via la Senne. Elle fut accueillie par le duc Jean III, son fils Henri, le Magistrat, les métiers et les arbalétriers du Grand Serment qui transportèrent la statue en grande pompe dans la chapelle du Sablon.

Il fut décidé de commémorer annuellement l’arrivée à Bruxelles de Notre-Dame à la branche par une grande procession religieuse appelée Ommegang, dont le mot est tiré du flamand « omme » autour et « gaen » aller.

Au départ, on parcourait en procession le chemin entourant la chapelle, puis le parcours s’allongea, pour faire ce que nous devrions appeler aujourd’hui et en français, un détour. En effet, la procession partit ensuite de la chapelle du Sablon pour rejoindre la Grand’Place de Bruxelles par la Halle-aux-Blés, la rue du Chêne et la rue de l’Étuve. Les arbalétriers du Grand Serment escortant la Vierge, entourée de moines vêtus de blanc tenant chacun un cierge allumé, la procession se rendait donc à la Grand’Place, à leur local, au deuxième étage de la Maison du Roi à la Grand’Place, mais en empruntant plusieurs rues avoisinantes à celle-ci. Après, avoir été reçu à l’Hôtel de Ville où l’on servait un repas aux principaux acteurs, la procession rejoignait le Sablon par le Steenweg (rue de la Madeleine) puis la place Saint-Jean et direction finale le Grand Sablon. Au retour de la procession, on élisait un chef doyen, les sous doyens, quatre jurés et quatre maîtres de l’église du Sablon. Tous les confrères prenaient ensuite place autour d’une grande table où un repas copieux était servi. Après le repas, on allait tirer l’oiseau royal placé sur le sommet de la petite tour surmontant le chalcidique de l’église.

La procession présentée en l’honneur de la présentation du prince Philippe (futur roi d’Espagne sous le nom de Philippe II) par son père l’Empereur Charles Quint, est particulièrement connue, parce qu’elle fut entièrement reproduite par un artiste espagnol. Ses croquis sont d’ailleurs à l’origine de la représentation actuelle de cet événement.

En 1615 lorsque l’Infante Isabelle tira Roy au Grand Serment, un Ommeganck spectaculaire fut organisé en son honneur. Cet événement a été immortalisé par le peintre Van Asloot, dont l’œuvre se trouve dans un musée à Londres.

 

Ommegang

Cette tradition, hélas perdue par les faits de la Révolution française, fut remise à jour en 1930 par nos confrères de Saint-Georges. Les Compagnons de notre Serment y participent encore fidèlement chaque année, avec une petite pointe de différence cependant ! C’est certes devenu partie intégrante du folklore bruxellois, mais pour nous, c’est aussi et avant tout, l’antique hommage rendu à la Vierge par notre Serment.

Vidéo de l’Ommegang réalisée par Les Arbalétriers de Grez-Doiceau