Les Distinctions

 

 

 

Les serments, confréries remontant probablement au XIIe siècle, ont toujours été appelés à défendre leur souverain et à veiller au maintien de l’ordre dans les villes.

Pour ce faire, ils s’armaient d’arcs ou d‘arbalètes – les milices de métiers possédant hallebardes et piques, les nobles maniant le glaive – et constituaient donc des milices militaires. Qui dit militaire, pense hiérarchie, discipline, sens de l’honneur, et aussi un certain désir de panache.

Analysons tout d’abord le point de vue militaire

Grand-Serment---petit-blason-couronnéAu moment de son rétablissement après la Révolution de 1830, en nous remettant une bannière, le Prince Philippe, comte de Flandre, fils de Léopold Ier, avait suggéré d’utiliser l’arme de guerre en même temps que l’arbalète. Le caractère militaire de notre gilde était donc maintenu. En nous remettant notre bannière, on avait d’ailleurs eu grand soin d’accoler à notre antique blason, celui des arquebusiers de Saint-Christophe, jamais reconstitué.

Expliquons-nous : l’armée belge était composée de militaires de carrière, il n’y avait pas encore de service militaire obligatoire. Notre armée était donc assez pauvre en hommes. Le pouvoir militaire de Napoléon III, empereur des Français inquiétait certainement notre souverain qui désirait pouvoir faire appel, en cas de besoin, à toutes les milices disponibles. Le Grand Serment pratiqua donc, jusqu’à la Première Guerre mondiale le tir à l’arme de guerre. Il occupait un stand au tir national près de la place Dailly.

Certes, il n’y a plus d’arme de guerre chez nos membres… depuis moins d’un siècle… mais nous pratiquons encore le noble art de l’arbalète de manière sportive.

La hiérarchie

Notre « Comité » épouse encore toujours les structures hiérarchiques de l’ancienne Groote Gulde.

Le sens de l’honneur

En prêtant son serment d’allégeance au duc de Brabant, à sa bonne Ville de Bruxelles et à sa Gilde, le nouveau Compagnon s’engage dans un certain chemin de l’honneur. Le serment est prononcé en présence du représentant de notre Grand Maître, Sa Majesté le Roi Albert II, ainsi que de plusieurs hautes autorités ecclésiastiques, civiles et militaires belges. Nous sommes au XXIe siècle et le prononcé de ce serment entraîne toujours un certain moment d’émotion.

Arrivons en au panache

Nous nous distinguons par le port d’un uniforme marqué de différents insignes et distinctions. C’est l’objet des sous rubriques de ce titre que nous vous invitons à parcourir.

Les Insignes

Les compagnons assermentés portent sur la poche du blazer d’uniforme de sortie, les armoiries du Grand Serment telles que concédées le 30 avril 1853, par Sa Majesté Léopold Ier :

Blasonné aux deux écus accolés ; dextre d’argent à la croix gironnée de gueules, qui est Grand Serment de l’arbalète ; senestre de gueules aux arquebuses alésées d’argent, posées en sautoir, liées d’un briquet de Bourgogne d’or, une fleur de blé ou bleuet épanoui au naturel en pointe du chef, une pierre à feu aux trois flammes de même en jaillissant à la pointe, qui est Serment de l’arquebuse ; timbré d’un heaume d’or à trois grilles, taré de deux tiers et couronné de la couronne royale d’or ; lambrequins aux émaux du Grand Serment de l’Arbalète ; en supports, deux lions affrontés d’or, armés et lampassés de gueules, brandissant des bannières frangées d’or, dextre de l’arbalète et senestre de l’arquebuse ; complété sur un listel d’argent de la devise de gueules ; une arbalète d’or désarmée suspendue sous le blason ; la date de fondation traditionnelle 1213 d’or au bas du tout.Les couleurs de l’Ancien Grand Serment sont gueules et argent (rouge et blanc).

Les membres arbalétriers, ainsi que les membres agrégés en attente de leur prestation de serment, portent sur la poche du blazer d’uniforme de sortie le signe distinctif de la Gilde. Brodé sur fond bleu marine, il reprend la barque de la légende du Sablon entourée d’un cadre aux couleurs de la Ville de Bruxelles, posé sur une arbalète désarmée d’or accompagnée de la date de fondation 1213, le tout encerclé en chef de l’inscription « NOTRE-DAME AU SABLON » et en pied de l’inscription « BRUXELLES ».

Ce même insigne est porté, par tous les membres sur les uniformes d’exercice, pulls, chemises, etc.

Les compagnons, ayant eu le bonheur de décrocher l’oiseau au tir de Roys perche portent, en bijou, l’insigne doré des arbalétriers royaux dont le dessin est repris dans la rubrique « Nos Roys /Royaume belge ».

 

 

Les membres de la Chambre des Maîtres, chargés principalement du contrôle de l’application des articles du Code de Compagnonnage – règlement interne de la Gilde -, du maintien des us et coutumes et des traditions propres aux gildes de tir brabançonnes, portent en écharpe, lors des cérémonies, un band rouge, brodé d’une arbalète entourée de palmes, le tout couronné et d’or.

 

Les membres du Comité de  la Gilde portent lors des cérémonies officielles, le collier de fonction lié de briquets et de pierres à feu de Bourgogne, auquel est appendu l’insigne de la Barque à la Vierge, signe distinctif des arbalétriers du Sablon.

Enfin, lors des sorties de l’Ommegang ou de certaines cérémonies particulières, les compagnons revêtent l’uniforme de tradition, époque Albert et Isabelle, tels que représentés dans les tableaux de Van Alsloot. Les compagnons assermentés portent alors, à l’exclusion de tout autre insigne, la marque ancestrale des arbalétriers assermentés (Erfschutters van de Groote Gulde).

Cette marque est composée d’une plaquette ovale argentée représentant la Vierge au Sablon portant l’Enfant et un sceptre, reposant sur un croissant de lune et surmontée de l’écu du Serment. Deux têtes d’angelots aux ailes déployées posées sur un cadre baroque encadrent cette plaquette et trois arbalètes y sont suspendues.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’ordre d’Isabelle

a été institué par l’Ancien Grand Serment en souvenir du tir de Roy réussi, le 15 mai 1615, par l’Archiduchesse Isabelle, infante d’Espagne et épouse de l’Archiduc Albert d’Autriche, qui libéra l’oiseau retenu, par une faveur rose, au plus haut niveau d’une verge plantée au sommet la tour de l’église du Sablon.

L’Ordre peut être décerné à toute personne ayant rendu au Serment une série de services exceptionnels. En aucun cas, l’Ordre ne sera décerné de façon automatique.L’Ordre ne renferme qu’une seule classe celle de titulaire.

Le bijou de l’Ordre est une médaille ovale d’argent, au marli perlé, une

arbalète en bélière, suspendu à un ruban aux couleurs de la Gilde (rouge et blanc) et figurant l’archiduchesse Isabelle avec la date 1615 en horizon.

Le Président est Grand Maître de l’Ordre et porte le bijou en or, la bélière appendue à une couronne. Le bijou se porte, en cravate, lors de manifestations importantes ou de représentativité de la Gilde.

Sur l’uniforme ordinaire, les détenteurs de l’ordre d’Isabelle portent la barrette : blanche à rayures extérieures rouges avec rosette à quartiers rouges et blancs alternés.

Daniel Vanderveken
Dernier Compagnon à avoir reçu la distinction

 

 

 

 

 

 

 

La Croix du Mérite

Cette distinction, relativement récente, récompense les Compagnons qui font preuve d’une collaboration active et exemplaire dans la vie du Serment.

Seul le Hoofdman, commandeur de ladite distinction octroie en bon juge, les croix sur base des critères établis ci- dessus.

Cette distinction comporte six classes :

  • Croix en or à deux palmes
  • Croix en or à une palme
  • Croix d’argent à deux palmes
  • Croix d’argent à une palme
  • Croix de bronze à deux palmes
  • Croix de bronze à une palme

Dans toutes les classes, les palmes suivent les métaux de la croix. Le bijou est une croix de Malte striée et perlée à chaque pointe. Cette croix repose sur deux palmes. Un médaillon central présente une arbalète désarmée sur fond martelé.Le ruban, auquel est agrafé la ou les palmes distinctives des classes, est rouge à raies extérieures jaunes.La commanderie porte en cravate, la croix d’or appendue à une couronne royale. Portée épinglée en service spécial, on la porte en barrette munie de palme(s) miniature(s), sur l’uniforme ordinaire.

 

Médaille d’Ancienneté

Médaille-d'ancienneté2

Cette distinction est attribuée lors du banquet annuel du Serment- anniversaire d’ancienneté des compagnons  :

Elle se présente sous trois métaux différents :

en bronze pour dix ans d’ancienneté

en argent pour vingt ans d’ancienneté

en or pour trente ans et plus.

La médaille représente du côté avers les petites armes du Serment et du côté revers la barque du Serment. Elle est suspendue à un ruban d’azur (bleu) bordé à chaque bord extérieur des couleurs nationales.

Une barrette d’argent gravée, au nom et à l’année anniversaire d’ancienneté du Compagnon, accompagne le ruban.

Cette distinction se porte en barrette sur l’uniforme ordinaire.