Les tirs de Roy

Bien entendu nos activités sportives ne se limitent pas aux divers championnats nationaux ou fédéraux. Les Serments, sociétés ou clubs possèdent leurs propres tirs spécifiques. Certains de ces tirs sont accessibles à tous et d’autres pas par exemple :  les tirs de Roy qui ne sont accessibles qu’aux Compagnons arbalétriers en ordre de dette vis-à-vis du Serment comme le prévoit une ancienne règle. Passons ici en revue les différents tirs de Roys.

Le tir Roy Balboog 

Les tirs de Roy commencent le samedi suivant Pâques par le tir Roy Balboog. Sur la perche des Klauwaerts à Alost un papegai spécial est installé sur la perche et y est solidement fixé. Il faudra bien plus d’un coup au but pour le descendre, mais combien? Toute la question est là. Il faut donc allier adresse et chance pour ce tir très particulier. L’ordre du tir est simple, le Roy sortant commence suivi par les autres Compagnons ayant tiré leur tour au sort. Quand l’oiseau tombe, c’est terminé, le vainqueur est désigné. 

Traditionnellement, le Roy sortant revêt le collier et le transmet au nouveau Roy. Si le nouveau lauréat est déjà celui sortant, c’est le Capitaine qui transmet le collier. Cette transmission des attributs de Roy est toujours suivie par l’hymne du Serment chanté par l’assemblée et par une tournée générale, évidemment.

Un Compagnon est Roy jusqu’au prochain tir un an plus tard, sauf s’il gagne à nouveau le tir. Si un tireur enchaîne les victoires sur trois années consécutives, il est nommé ‘Empereur’ et ne peut plus participer au tir Roy, le titre d’Empereur étant conservé à vie. 

Les perchistes et leur nouveau Roy

 

Le tir Roy à 20 mètres

Cette compétition à lieu le vendredi suivant celle du Balboog. Elle débute à 20 heures précises par le tir du Roy ‘sortant’. À la fin du tour, quand tous les Compagnons ont tiré, le Roy clôture le tour ; tout Compagnon n’étant pas présent à ce moment-là ne pourra plus prendre place dans le tir ! 

Le fond de la cible est de type UNAB 20 mètres sur laquelle on a cousu un anneau plus étroit que la rose d’origine. Tout Compagnon tirant dans l’anneau fait immédiatement un second tir classique en guise de barrage. Si aucun autre Compagnon ne réussit le même exploit le tireur est sacré Roy à la fin du tour. Si un autre Compagnon réussi aussi une rose, ce sont leurs tirs de barrage qui les départageront.

Le passage de collier se fait immédiatement à la fin du tir en présence de tous. Après l’hymne du Serment, le Roy se doit d’offrir la tournée générale !

 

 

 

 

 

 

 

Tir Roy 10 mètres

Le vendredi suivant le tir Roy 20 mètres les Compagnons se réunissent pour élire leur Roy 10 mètres. Ce tir est identique dans son déroulement à celui à 20 mètres, outre la distance la cible est la grosse différence avec ce dernier. En effet dans le cadre de cette compétition les Compagnons Arbalétriers ‘tirent au clou’ ! Après un tir de réglage sur cible 10 mètres classiques UNAB, le Capitaine installe une cible spéciale dont le centre est orné d’un clou blanc sur

fond de plasticine noire. Derrière ce clou dans un tube en métal est insérée une balle à blanc. Il s’agit donc de toucher cette minuscule cible en son centre pour faire éclater le pétard, le frôler ne sert à rien. Comme à 20 mètres un tir de barrage départagera les ex aequo. Le cérémonial qui s’en suit est classique : remise du collier par le Roy sortant, hymne du Serment et tournée générale. 

Roy 10 mètres

Le tir Roy à 6 mètres

Ce tir, commençant comme toujours à 20 heures par le tir du Roy sortant, est identique à celui à 10 mètres. La cible étant plus ‘proche’ le clou en est plus petit. Pour le reste, les règles et coutumes des autres tirs restent de mise. C’est aussi le tir le plus fréquenté par les Compagnons habitués à cette distance. Passation de collier, chant et tournée générale ne manquant pas à l’appel

Didier Vandeputte