Les tirs traditionnels

Qu’entend-on par tir traditionnel ? 

Ce sont, tout simplement, des tirs traditionnellement effectués au sein de la Gilde et bien souvent à date ‘fixe’. 

Le Challenge intime Charles Declercq

Ce tir sert de préliminaires aux tirs de Roy, il se situe donc le vendredi suivant Pâques, la veille du tir Roy Balboog. Il est dédié à la mémoire d’un ancien Président du Serment décédé. Cet honneur fait à M. Declercq perdurera jusqu’à ce que plus aucun membre vivant ne l’ait connu. Il se déroule sur une cible souvenir et est doté d’un prix pour les 3 meilleurs (une bonne bouteille généralement). Ce tir se déroule en tenue ordinaire, blazer, pantalon gris, chemise blanche et cravate du Serment.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tir du Président-Directeur

Ce tir est offert par le Baron Henry d’ANETHAN le vendredi après le dernier tir de Roy et par conséquent le vendredi précédent le jeudi de la Messe des Roys (ascension).

              d’Anethan

Cette compétition se déroule sur cible 6 mètres UNAB avec les règles d’un tir classique. Il est doté d’un prix pour les trois meilleurs (bouteilles de vin). En outre, notre Président-Directeur en profite pour nous régaler d’un buffet toujours très apprécié.

Henry d’Anethan (au centre)
Président-Directeur

 

 

 

 

 

 

 

  Le tir Grand Place

Pas de tir

Chaque dernier samedi de juillet, l’Ancien Grand Serment convie toutes les sociétés arbalétrières de Belgique à un tir 10 mètres sur la Grand Place de Bruxelles. Le cadre prestigieux de la compétition et de la remise des prix dans la salle des Milices de l’Hôtel de Ville en font un must pour beaucoup de tireurs du pays. De plus, il suscite la curiosité des touristes et est souvent la cause d’un attroupement sympathique autour des pas de tir. La compétition se déroule sur 6 tirs sur cible UNAB avec un classement par équipe et un classement individuel au plus grand nombre de points. C’est une belle occasion de se retrouver entre amis et de passer un bon moment ensemble.

Vainqueurs par équipe 2017
Sablon 1
Vainqueur individuel 2017
Francis Jacobs

 

 

 

 

 

Vidéo du Tir Grand Place réalisée par les Arbalétriers de Grez-Doiceau

Le tir aux boudins

Un peu d’histoire du Serment,

1897 Jean-Baptiste Declercq reprend la « Brasserie des Brigittines » sise 3 rue des Visitandines. Cet établissement devint le local de nombres de sociétés diverses, dont les arbalétriers. Lieu également connu sous la désignation de « Jardin des arbalétriers »

Martin Declerq prend, en 1930 (???) la succession de son père en tant que marchand de bière. Martin est comme son père et ainsi que son fils Charles ( feu notre Doyen et Président ) membre engagé dans tout ce qui concerne l’arbalète. Les Declercq font parties des membres fondateurs de la création de l’U.N.A.B. l’U.R.A. la F.N.A.B. Mais tout en étant un arbalétrier ardant Martin est le Baes du jardin des arbalétriers. À ce titre il doit stimuler et fidéliser sa clientèle.

Aussi dans les années 1930-40… l’idée que la fin d’année est la période du cochon (son abatage se faisant probablement, pour des questions d’hygiène, en saison froide, la proximité de Noël aidant) il invita ses fidèles clients arbalétriers et autres ? ( une trentaine d’association tenait leurs réunions en la brasserie ) à déguster un ciel et terre offert par la maison. Il est probable que les arbalétriers agrémentaient ce moment par un tir, « tir aux boudins » ceci le jour de la fête de son Saint Patron « Martin » le 11 novembre. 1965 sous la pioche des démolisseurs le quartier convivial dont faisaient partie la brasserie, la perche et autres maisons fut rasé au profit de la froideur de blocs dits sociaux.

 Toutefois, Martin expulsé de son établissement était toujours arbalétrier et même le Doyen de la Gilde. A ce titre il perpétua la tradition qu’il avait instaurée ‘’le boudin de la Saint Martin’’ et offrit ceux-ci aux compagnons.

Après son décès en 1975, les Doyens : Joseph Samin, François Knops, Charles Declercq, François Samin, mirent un point d’honneur à maintenir la tradition, mais en fixant ce tir et sa dégustation de boudins à la première séance de tir après la Saint-Martin. Au fur et à mesure du temps les boudins se virent agrémentés de salades, de compote, de pains et ces dernières années de tartes comme dessert (les boudins sont offerts par le doyen, une participation est demandée pour les autres ingrédients).

Didier Vandeputte
Vainqueur 2017 avec 96 points

 

 

Ce tire se déroule comme un tir classique à 6 mètres avec les règles UNAB

 

 

 

Le défi du Capitaine

Une fois par an le Capitaine de tir, Francis JACOBS, défie tous les Compagnons et membres du Serment. Les arbalétriers tirent à 6 mètres sur des cibles classiques. La meilleur série de roses est retenue et doit être battue par le Capitaine dès son premier tir ou non selon le règlement que fixent les tireurs. De plus ils peuvent le faire tirer à 10 mètre ou de la main gauche ou inventer une cible spéciale. Cette soirée spéciale est l’occasion de mettre à l’honneur le meilleur d’entre nous et de le titiller affectueusement. C’est aussi l’expression du respect que les Compagnons et Membres ont pour leur Maître d’Armes.

Exemple de cible défi

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cheval d’Argent

Pour expliquer ce tir, un peu d’histoire s’impose : 

Guillaume de Hulstbosch (1434-1485) appartenait à une famille de fermiers installés depuis longtemps à Boondael. Il fit édifier une petite chapelle à Boondael, au lieu dit « Borrestichele ». Elle fut agrandie en 1474 afin qu’elle puisse accueillir davantage de fidèles.

La chapelle devint propriété du Serment des Arquebusiers de Bruxelles à la fin du 15e siècle. Elle fut endommagée à deux reprises lors des guerres de religion comme l’ensemble des maisons du hameau et chaque fois restaurée. Agrandi en 1658, le vieux sanctuaire sera entièrement reconstruit en 1842 par Petrus Vandenbranden et ses aides. Une plaque, en forme de losange, apposée alors sur la façade, mentionne les principales transformations qu’il avait subies : « Aedif 1463 » (année de la première construction), « Auct 1658 » (année de l’agrandissement) et « Reaedif 1842 » (année de la construction de l’actuel bâtiment).

La chapelle d’aujourd’hui fut l’église paroissiale du hameau jusqu’en 1941, année de la consécration de l’église Saint-Adrien. A l’intérieur, les briques posées à différentes époques ont été mises à nu et reminéralisées pour éviter leur effritement.                                                                                                                      Chaque année depuis le 15e siècle, les différentes compagnies d’Arquebusiers Bruxellois organisaient un tir de Roy et au final un tir de Roy des Roys ! Celui-ci recevait alors un collier honorifique en argent et entrait à cheval, avec celui-ci, dans la chapelle à l’occasion de la Saint Adrien!

De là vient l’appellation ‘Cheval d’Argent’!

L’Ancien Grand Serment des Arbalétriers de Notre-Dame au Sablon étant, à la demande de Léopold I le dépositaire des traditions et insignes des arquebusiers/carabiniers, les compagnons perpétuent cette tradition au travers d’un tir à la CARABINE !! 

Cible Cheval d’Argent

Le tir se déroule sur une cible avec, outre la tête de cheval, une série de 12 pipes en plâtre sous une ligne rouge et 17 pipes en plâtre au-dessus de cette ligne rouge. C’est pipes retiennent un panneau muni d’un pétard. Dans un premier temps et à tour de rôle, les compagnons tirent trois coups sur les pipes en dessous de la ligne rouge! Après deux ou trois tours les tireurs ne reçoivent plus qu’un plomb par tir. Lorsque les barrettes supportant les pipes du bas sont entièrement nettoyées, on peut tirer sur les pipes du dessus, lorsque toutes les pipes sont suffisamment endommagées, le panneau bascule et le pétard explose, désignant le vainqueur. Un collier lui sera remis par le vainqueur de l’année précédente et en sera quitte avec la sacro-sainte tournée générale !

Henri Verstraeten
Cheval d’Argent 2017

 

Poils et plumes

Pour ce tir qui a lieu le vendredi entre Noël et Nouvel An (pour autant que cela soit possible) les Compagnons viennent s’amuser! On plus ici sur un événement de type kermesse qu’autre chose, mais nous y sommes attachés.

Sur une ‘perche couchée’ de type archers, des papegaïs emplumés prennent place. Les tireurs munis d’une arbalète de foire essayent d’abattre ces oiseaux riches en couleurs. Ceux qui ont le plus de points gagnent … des prix à poils et à plumes (lapin, lièvre, faisant, poulet …) dans la bonne humeur et l’esprit festif qu’impose la période entre les deux fêtes. Particularité : tout le monde peut tirer, femmes, enfants, invités.

La joyeuse équipe